Prix Mnémo 2011 : Mémoire du CQPV

Mémoire du Conseil québécois du patrimoine vivant (CQPV) : « Le patrimoine immatériel dans la législation québécoise. »

PDF - 1.4 Mo
Le patrimoine immatériel dans la législation québécoise.
Mémoire du Conseil québécois du patrimoine vivant (CQPV), déposé en commission parlementaire au printemps 2011. (Cliquez sur l’image ci-dessus pour télécharger le Mémoire du CQPV)

Le 13e Prix Mnémo fut décerné le samedi 3 décembre 2011 dernier dans le cadre de la Virée dans Villeray à Montréal (Auditorium Le Prévost, 7355, rue Christophe-Colomb), en collaboration avec la Maison de la culture Villeray — Parc-Extension — Saint-Michel et la Société pour la promotion de la danse traditionnelle québécoise (SPDTQ).

Cette année, l’attribution du Prix nous a fait réviser nos critères et ouvrir plus large nos horizons pour souligner la contribution majeur d’un organisme. Nous tenons à récompenser la vigilance et la passion d’un groupe de gens qui ont à cœur le patrimoine intangible, un organisme qui a consacré de nombreuses années de représentations et de mémoires à la modification de la loi sur le patrimoine.

Évaluation du Jury du Prix Mnémo

La nouvelle Loi 82 sur le Patrimoine culturel balisera l’intervention gouvernementale dans le domaine pour de nombreuses années.
Le Conseil québécois du patrimoine vivant (CQPV) en a saisi l’importance et a fait appel à de nombreuses ressources du milieu du patrimoine immatériel pour produire un texte clair, convainquant et d’une excellente présentation. Sa réception a d’ailleurs été des meilleures à la commission parlementaire qui eut lieu au printemps dernier.

JPEG - 37 ko
Remise du Prix Mnémo 2011
De gauche à droite : Pierre Chartrand (directeur du Centre Mnémo), Normand Legault (président du Conseil québécois du patrimoine vivant), Élizabeth Gagnon (animatrice et réalisatrice à Radio-Canada).

Le mémoire, conçu et rédigé par le directeur du CQPV M. Antoine Gauthier, à la suite de différents exercices de consultation, a su faire ressortir des lacunes importantes du projet de loi. Le texte souligne entre autres que le pouvoir subventionnaire du ministre ne s’applique qu’à la seule connaissance des éléments du patrimoine immatériel, au contraire des autres catégories du patrimoine culturel et que la mise en valeur et la transmission n’étaient pas considérés. Les références appropriées ont été faites à la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel (UNESCO, 2003).

Le mémoire a aussi proposé de bonifier la définition du terme patrimoine immatériel pour le rendre plus compréhensible. Enfin, le texte s’est penché de façon concrète sur le rôle des mécanismes administratifs. Ce mémoire deviendra certes un jalon important dans l’histoire de la reconnaissance du patrimoine immatériel au Québec.

Téléchargez le mémoire (PDF 1.3 M)

Visionner le vidéo de la session au cours de laquelle le CQPV a présenté son Mémoire à la Commission parlementaire sur le projet de loi.

Composition du Jury du Prix Mnémo 2011

Cette année, le Conseil d’administration a dû recomposer une partie du Jury du Prix Mnémo puisque deux membres dudit Jury se trouvaient en conflit d’intérêt. Normand Legault est président du CQPV tandis que Robert Bouthillier est l’ancien directeur du même organisme. Aussi fut-il décidé de les remplacer par deux membres de l’exécutif du conseil d’administration du Centre Mnémo, soit Gilles Renaud (président) et Yves Parenteau (trésorier) et d’ Élizabeth Gagnon, qui est sur le Jury depuis de nombreuses années. Le jury a pu ainsi délibérer en toute impartialité.

Le jury avait 5 projets différents à évaluer et a choisi de remettre le prix donc au CQPV pour les efforts fait depuis de nombreuses années sur cette loi 82.
C’est Normand Legault, son Président, qui a reçu le Prix au nom de l’organisme.

Allocution de Normand Legault (président du Conseil québécois du patrimoine vivant) lors de la remise du Prix.

JPEG - 28.6 ko
Normand Legault, lors de son allocution

« Au nom du conseil d’administration, en tant que président du CQPV, je reçois le Prix Mnémo avec beaucoup de fierté, je le reçois aussi au nom de tous ceux et celles qui, depuis près de 25 ans, ont travaillé à faire avancer l’idée que le patrimoine vivant, patrimoine immatériel, obtienne sa place et sa reconnaissance officielle dans un texte de loi qui puisse lui garantir un développement normal au même titre que toutes les autres formes de patrimoine.

Il s’agit d’une avancée importante, saluée par tout le milieu et je remercie le Centre Mnémo et les membres du jury pour ce geste significatif.

Ce questionnement sur l’absence du patrimoine vivant dans les textes de loi ne date pas d’hier. C’est depuis 1986 que cette réflexion et cette lutte sont menées quelques fois avec patience… d’autres fois avec impatience, par les organismes en patrimoine vivant présents sur le terrain au Québec, qui ont appris à se structurer et à unir leurs efforts dans un but commun.

Comme organisme de regroupement national, le Conseil québécois du patrimoine vivant a constamment mené ses représentations auprès du Ministère de la Culture et je voudrais mentionner ici des gens du milieu qui, en concert avec le CQPV, ont participé à faire avancer le projet de façon soutenue : Danielle Martineau, Lisa Ornstein, Jean Du Berger, André Gladu, Pierre Chartrand, Michel Faubert, Raynald Ouellet, Guy Landry, Jean-Pierre Chénard, Marie-France Saint-Laurent, Gilles Garand, Robert Bouthillier, Gilbert Guérin, et Antoine Gauthier, le directeur actuel qui a su mettre en place les mots efficaces dans la rédaction du Mémoire. Je ne peux nommer tout le monde ici, ils sont très nombreux à avoir argumenté, durant ces 25 dernières années, afin de structurer cette volonté qui a bien muri et qui a été à la source même du mémoire que le CQPV a déposé lors de l’étude du projet de loi.

Le CQPV y soulignait fortement, entre autres, l’importance pour le gouvernement de mettre sur pied des programmes visant à soutenir tant des projets éducatifs, de recherche, de diffusion que de promotion liés au patrimoine immatériel.

Les arguments du CQPV ont été entendus et le projet de loi a été amendé à la faveur des remarques pertinentes du CQPV.

La Loi sur le patrimoine culturel, qui remplacera la Loi sur les biens culturels, a été adoptée à l’Assemblée nationale et sanctionnée par le Lieutenant-gouverneur le 19 octobre dernier. Le patrimoine vivant, ou patrimoine immatériel, y est désormais partie intégrante.
Il sera possible pour les municipalités et pour les organismes régionaux, qu’ils soient du domaine de la musique, de la danse, du conte ou de la chanson traditionnelles, d’avoir accès des programmes visant à soutenir tant des projets éducatifs, de recherche et de diffusion que de promotion liés au patrimoine immatériel et de développer ainsi, de façon durable, les éléments du patrimoine vivant au Québec.
Merci encore et bonne soirée ! »

Normand Legault, Président du CQPV, le 3 décembre 2011

Téléchargement : Vous pouvez télécharger les photos à grandes résolution via le Portofolio ci-dessous.

info portfolio

remise du Prix Mnémo 2011 Normand Legault, président du CQPV (grande résolution)